[INFOGRAPHIE] Le marché de l'immobilier de bureaux à Nantes au 1er semestre 2019

Retour sur les chiffres et les tendances qui ont marqué le marché de l'immobilier tertiaire depuis le début de l'année

Scroll arrow

Publié le 1 octobre 2019

Infographie Marché de l'immobilier tertiaire à Nantes 2019

 

Un marché dynamique

 

La demande exprimée au 1er semestre 2019 a confirmé le dynamisme retrouvé de l’immobilier d’entreprise nantais, totalisant un volume de 60 000 m² transactés (125 transactions) avec de belles implantations telles que :

  • Whoorks Legendre (7 000 m² sur le Vendome), Compte Nickel (4 170 m² sur le Vizio) et SQLI (945 m² sur le Cabestan) sur Euronantes
  • Vinci Construction (2 600 m² sur le Dor Ar Mor), Socotec (1 700 m² sur Metronomy) sur Ar Mor Zénith à Saint-Herblain
  • Generali Vie (2 800 m² sur Eknow) à la Chantrerie et Talentsoft (1 800 m² sur Initial) à la Haluchère

 

Cette augmentation (+11%) traduit une économie favorable et des entreprises nantaises en bonne santé.

 

Les demandes de grandes surfaces n’ont pas faibli sur ce premier semestre, mais commencent à se heurter à une pénurie de locaux en centre ville. Certaines reportent leur projet en attendant de meilleurs jours et essayent de trouver des surfaces complémentaires à proximité de leur implantation ; d’autres commencent à étudier l’offre en périphérie.

 

Ces transactions se sont partagées pour moitié entre le Centre ville (47% du volume total soit 27 500 m²) et la Périphérie. 

 

Renforcement de la demande locative

 

Le marché locatif a représenté 78 % des transactions (hors comptes propres). Un dynamisme qui s’explique par une présence significative des « grands comptes » et une offre quasi inexistante à l’acquisition, notamment sur les secteurs « Centre » et « Ouest ».

 

Les valeurs locatives, quant à elles, sont en hausse, pour la première fois depuis des années, et la situation devient très tendue sur certains biens où les entreprises commencent à ne plus pouvoir négocier certaines mesures d’accompagnement (franchise de loyer, aide aux travaux...).

 

Les investissements sont très recherchés et nous assistons à un retour des investissements sur des opérations lancées en blanc Les taux de rentabilité proposés, pour des immeubles déjà commercialisés, sont en forte baisse et perdent 1 point depuis 2018 (entre 4,80 et 6,80 %).

 

Un stock immédiat tendu

 

Le stock immédiat (moins de 6 mois) de 101 000 m² n’augmente pas.

 

44 % de ce stock se trouve à l’ouest, essentiellement dans le secteur Ar Mor Zénith qui a souffert du départ de trois grands comptes.

Le centre-ville ne permet plus aujourd’hui de satisfaire l’ensemble des demandes et ne présente pas de renouvellement de l’offre à court terme. Cette pénurie a eu pour conséquence de voir les loyers et prix de vente fortement augmenter sur ce secteur.

À l'est de Nantes, l’offre a pris un peu de retard dans le secteur Haluchère alors que la Chantrerie continue d’attirer les entreprises qui n’hésitent pas à s’inscrire dans des projets livrés plus tard (ex : Générali Vie).

Au sud, l’offre ne représente toujours que 3 % de l’offre immédiate.

 

En conclusion, un premier semestre 2019 très dynamique et de belles perspectives à venir pour la périphérie.

Découvrez les autres articles du blog

Publié le 16 juillet 2020

Portrait de Stéphanie SIMON - 30 ans d'expérience aux côtés des entreprises

Publié le 7 mai 2020

Immobilier tertiaire à Nantes : l'histoire d'une périphérie en mouvement